Sélectionner une page

ARTS PAR INSPIRATION MAGAZINE

La naissance du Cirque du Soleil, en 1984, découle d’un projet initié quelques années auparavant par une équipe d’employés du Balcon vert de Baie-Saint-Paul. La création des Échassiers de la Baie, en 1980, marque une étape importante en regroupant des artisans à la recherche d’expériences culturelles novatrices sous l’inspiration première de Gilles Ste-Croix. Avant le début de la saison, Guy Laliberté fait une arrivée imprévue au Balcon vert de Baie-Saint-Paul. Ayant été embauchés à la Baie-James, où il souhaitait récolter rapidement un peu d’argent pour payer ses études en génie nucléaire , ses projets se trouvent contrecarrés par une grève qui paralyse les travaux. Laliberté se retrouve donc à Baie-Saint-Paul, où il est embauché comme animateur en échange d’un simple toit. Très impliqué dans le milieu, Guy « Pantoufle » Laliberté sera même candidat du Parti Rhinocéros en 1980 en proposant entre autres d’établir un pont en macramé entre Saint-Joseph-de-la-Rive et l’ile aux Coudres… une proposition qui révèle l’originalité et l’imagination de Guy Laliberté. Pour sa part, après des études en administration, Daniel Gauthier est à la fois administrateur et comptable au Balcon vert. La future équipe du Cirque du Soleil est en place.

Aujourdh’ui l’organisation canadienne a été une source d’émerveillement pour plus de 190 millions de spectateurs grâce à des représentations à l’affiche dans près de 450 villes et 60 pays. Le Groupe Cirque du Soleil compte actuellement plus 4 000 employés, dont 1 400 artistes, provenant d’une cinquantaine de pays. Alegría avait vu le jour en 1994,  à cette époque le Cirque du Soleil n’avait que 10 ans. La chanson thème Alegría signée par René Dupéré et chantée par Francesca Gagnon avait connu un succès mondial.

C’est la première fois que le Cirque du Soleil fait une relecture complète d’un ancien spectacle. De nouveaux costumes, de nouveaux artistes et de nouveaux numéros nous plongent sous le chapiteau dans la nostalgie d’Alegría voulant illustrer le passage de l’obscurité à la lumière et la dualité entre ces deux puissances. Monsieur Fleur, ancien fou du roi, s’empare du bâton du pouvoir et devient par le fait même, le roi. S’ensuit l’apparition des Aristocrates assez loufoques par leur théâtralité et leur costume, des clowns, des nymphes et des numéros variés poussant les artistes à l’excellence accompagnés par une chanteuse tous de blanc et une autre vêtue de noir interprétant les nouvelles pièces d’Alegría en différentes langues. Un spectacle mettant l’emphase sur le génie et l’exploit des mouvements du corps humain.

Jérémie Beaulieu